Son histoire

& Témoignages


http://idata.over-blog.com/3/47/30/86/bt_home2.png

Portrait Gaîté lyrique |
square des Arts et métiers 1900-1903
|
Visite Gaité  2004
| PLan salle 1910 |
Gaité-Lyrique et Ballets russes
|

personnalités | Typologie Gaîté |

 Catalogues de la Gaite Lyrique|
Autres petites histoires... |

     

 

Parmi les sources d'information sur la Gaîté proposées par Internet, nous avons choisi pour vous des photos, vidéos, ainsi  que ce site plutôt bien fait : http://gaitelyrique.free.fr ( frise chronologique) qui fait le tour de la question sur ce bâtiment complexe dont Victor Cusin n'aurait jamais imaginé qu'il verrait passer tant d'artistes aussi différents, de directeurs aussi imaginatifs ! Un grand bâtiment de 18m de façade et qui va jusqu'à la rue Réaumur car le théâtre conserve ses décors dans un magasin approprié.

 

FRISE CHRONOLOGIQUE...
  La baraque foraine de Nicolet La Gaîté de Holstein La Gaîté d'Offenbach Le Théâtre Lyrique des frères Isola La Gaîté Lyrique de Luis Mariano Le Théâtre de la Musique Le Nouveau Carré de Silvia Monfort La Planète Magique de Jean Chalopin   ?  
  1759 1809
1862
1900
1945
1967
1974
1986
  2010  
REPORTAGES VIDEOS...


DOCUMENTS PHOTOS, DIAPOS...

Portait du théâtre de la Gaîté lyrique : un interview de Jacques Pessis sur CAP24 enrichi d'archives de Pathé Gaumont, regrettant que ce théâtre ait été laissé en perdition.

gaité carte postale 1

 

 
gaité carte postale 3
1900-1903  voici ce à quoi ressemble la Gaîté, face au square fréquenté par  enfants, gouvernantes ou  mères, sagement alignées devant les baraques de jardin et les panneaux publicitaires.
Square Emile Chautemps, côté Réaumur, exhibe fièrement un  panneau  « Gaité » avec sans doute le programme. Il n'y a pas d'entrée de métro mais la rue est déjà bien animée.

Visite archéologique dans la Gaité en janvier 2004, « habillée «  par la Planète Magique, à la lueur des lampes torches. www.parcspassion.org

Site officiel de la "planète magique"!
 

facade 1960001 Cette carte  évoque le théâtre des années 50/60 :  le "temple de l'opérette" avant sa fermeture, avec à son programme " La Chaste Suzanne". Il est à noter que le fronton sculpté y figure encore. Ainsi que l'auvant qu'on peut voir sur d'autres documents sur le blog.



Mme Gisèle Casadesus, la comédienne très connue, maintenant nonagénaire, a donné un interview récent à une journaliste de la Gaité qui a rebondi sur  une information de la partie "histoire"   de notre blog ( lien sur la page du blog ). Mme Casadesus a connu enfant, grâce à son père directeur de la musique, des chanteurs tels Max Dearly à qui sa trottinette a servi ! ( dont on retrouve le nom sur les programmes ).
Vous trouverez aussi cette vidéo sur
http://www.facebook.com/gaitelyrique#!/gaitelyrique?v=wall 


Théâtre de la Gaîté, élévation de la façade principale et profils

images2-copie-1Gravure de la façade sur le site du musée d'Orsay

Alphonse-Adolphe Cusin(1820-après 1895)


Nouvelle image3PLan de  la salle 1910, dans un programme d'été, alors qu'elle était dirigée par les frères ISOLA et capable d'accueillir 1800 personnes ! De 2080 m². Avec une scène de 17m sur 12m.

Gaité-Lyrique et Ballets russes

afficheRusse1923


Des reprises et 4 créations en trois saisons estivales !

En cette année franco-russe, de nombreuses célébrations ont lieu en France et entre autres celles autour des fameux ballets russes de Diaghilev. Entre 1909, (ou 1906 selon certains), soit il y a 100 ans, ,et 1929 année de la mort de son créateur, ces ballets ont sillonné le monde mais surtout Paris : avec 26 passages la capitale a été leur ville d'élection ! Londres suit de près (22 passages). Si le Châtelet et l'Opéra Garnier ont eu ses faveurs, La GAITE par trois fois a vu la troupe russe : pour des reprises mais aussi pour 4 créations entre 1921 et 1925, pendant les « Années folles ».

En août 1929 Diaghilev meurt,  et avec lui cette troupe,  qui a par contre donné naissance à des compagnies crées par certains de ses membres et qui ont  fondé durablement l'art chorégraphique en Europe, aux USA et ailleurs...

 

 

Pourquoi la Gaité ? Des auteurs anglosaxons en donnent les explications suivantes : par souci de se déplacer dans un quartier populaire de la capitale et de proposer à un public différent ce qui avait fait le succès de la troupe à l'Opéra Garnier et au Châtelet. 

Les directeurs en sont à ce moment-là Georges Bravard et Gabriel Trarieux

 

Bronislava Nijinska, la soeur du danseur Vaslaw Nijinski et chorégraphe de l' oeuvre Les Biches, fit même répéter ce ballet pendant un mois, de la mi août à la mi septembre 1923, dans une grande pièce tout en haut de la Gaité, dans ce qui était le foyer des spectateurs de la tribune.

 

Par 3 fois la troupe était venue dans ce lieu ( très vaste, d'où les craintes de Diaghilev de ne pas pouvoir le remplir). Le succès semble avoir été de la partie.

affiche :

http://www.danser-en-france.com/repertoire/balletsrusses/indexballetsrusses.html